RETROSPECTIVE : L'URSS DES CINEASTES
1917 – 1945, 1ÈRE PARTIE
Date de sortie
18-10-2017
Support(s) disponible(s)

Du 18 Octobre au 26 Novembre 2017

La CINEMATHEQUE
51 rue de Bercy Paris 750012


Synopsis

Le centenaire de la révolution d’Octobre donne l’occasion d’une grande traversée de l’histoire
du cinéma soviétique, à rebours de la perception habituelle d’un art monolithique.
Les réalisateurs ont su saisir certains aspects de la réalité invisible du pays, se souvenant
d’une révolution qui avait promis un bouleversement de l’existence même.

1917  : deux anniversaires pour le prix d’un : Février et Octobre, sans oublier l’autre face :
les quatre-vingt ans de la Grande Terreur de 1937.
Une manière de marquer ces dates  : le cinéma, non pas une simple illustration de la
« grande histoire », mais un art de plein droit, dans toute sa force de révélateur.

Le cinéma soviétique ne sort pas du néant. Avant 1917, c’était une industrie développée.
Il y avait un public et des cinéastes russes. Le cinéma traditionnel continue d’exister, avec ses réalisateurs, et ceux qui prennent la relève.
L’intervention étrangère et la guerre civile détruisent l’industrie. Une très jeune génération fait irruption, avec les actualités où Dziga Vertov fait ses débuts. Certains, Koulechov ou Kozintsev, n’ont pas vingt ans lors de leur premier film. Ils s’imposent dans le documentaire et bientôt la fiction, créent des ateliers et un enseignement, assurant l’avenir.

À travers le chaos de l’Histoire, le cinéma soviétique a toujours été de fait - malgré les interdictions et les génuflexions - un baromètre de la vie du pays. Cinéma de cinéastes plus que de producteurs (inexistants)ou de commissaires politiques, il a su garder le souvenir d’une
révolution qui devait bouleverser tous les aspects de l’existence.(
Bernard Eisenschitz)
--------------------------------------
Conférence de Bernard Eisenschitz  - Je 19 oct 19h00  : L'URSS des cinéastes (1922-1945)

À la suite de la conférence,
à 21H30, projection d’un film choisi par le conférencier :
Aerograd de Alexandre Dovjenko.

Tarifs conférence : PT 4€, TR 3€, Libre Pass accès libre.
Possibilité billet couplé conférence + séance : 8.5€ (au lieu de 10.5€).


PRÉSENTATIONS ET DISCUSSIONS :


Au cours de la rétrospective, Bernard Eisenschitz présentera deux films suivis d’une discussion avec les spectateurs : Samedi 28 oct.  à 16h45 : La Grève de S. M. Eisenstein (1925)
Jeudi 2 nov. à 19h00 La Dernière Nuit de Iouli Raïzman (1937)

Informations pratiques
PROGRAMME ET HORAIRE DES PROJECTIONS
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact