ROUGE ARTS ET UTOPIE AUX PAYS DES SOVIETS
UN ENSEMBLE SPECTACULAIRE D’OEUVRES
Lieu de l'exposition
Grand Palais galeries nationales entrée Clemenceau
Adresse du site officiel
www.grandpalais.fr/fr/evenement/rouge
Tel :  01 44 13 17 17

Du 20 mars au 1er juillet 2019
Jours et horaires d'ouverture
Ouverture :
du jeudi au lundi de 10h à 20h
mercredi de 10h à 22h
fermeture hebdomadaire:
le mardi ; fermé le 1er mai.
A propos
Plus de 400 œuvres exposées : Peinture, sculpture, architecture, photographie, cinéma, design…des œuvres pour la plupart jamais montrées en France !

En 1917, la révolution d’Octobre provoque un bouleversement de l’ordre social dont les répercussions sur la création artistique s’avèrent déterminantes. De nombreux artistes adhèrent au projet communiste et veulent participer par leurs oeuvres à l’édification de la société nouvelle. Conduits pour la plupart par d’authentiques convictions, à l’instar de Maïakovsky, ces artistes s’opposent dans la définition de ce que doit être l’art du socialisme.

Mais dès la fin des années 1920, les débats sont clos par la mise en place du régime stalinien.
Celui-ci entraîne l’instauration progressive du réalisme socialiste, doctrine esthétique qui régit
peu à peu tous les secteurs de la création.
Programme
La première partie de l’exposition met en exergue les débats qui animent avec vigueur la scène artistique soviétique au lendemain de la révolution et se prolongent durant les années 1920 :
que doit être l’art de la nouvelle société socialiste ? Le parcours s’articule autour du projet porté par une large part des avant-gardes : abandonner les formes d’art jugées « bourgeoises » au profit d’un « art de la production » susceptible de participer à la transformation active du mode de vie. Cette utopie artistique de fusion de l’art dans la vie est rapidement contrariée par l’hostilité croissante du pouvoir bolchevique vis-à-vis des avant-gardes.
---------------------------
La vie rêvée dans l’art : vers le réalisme socialiste.
Alors que la répression s’abat sur l’art de gauche, accusé de « formalisme bourgeois », un consensus s’établit autour de la figuration, considérée comme la plus apte à pénétrer les masses et à leur présenter les modèles du nouvel homme socialiste.

L’exposition se conclut par une sélection d’oeuvres témoignant de l’avènement du dogme réaliste socialiste, à travers des tableaux de facture académique qui mettent en scène la figure mythifiée du chef. Entièrement assujetti à l’idéologie, transformé en machine à produire des images,
l’art se noie dans un kitsch d’état.
---------------------------
Un ensemble spectaculaire d’oeuvres sera également consacré à l’architecture stalinienne qui, comme la peinture, se monumentalise : tandis qu’ouvrent à Moscou les premières lignes de métro, aux stations luxueusement décorées, des projets pharaoniques sont conçus pour faire de la ville le phare mondial du socialisme.
Artiste(s)
Alexandre Rodtchenko, Kazimir Malevitch, Gustav Klutsis, Alexandre Deïneka, Sergueï Eisenstein, Varvara Stepanova…
Informations pratiques
Tarifs : 14 €, TR 10 € ( 16-25 ans,demandeurs d’emploi et famillesnombreuses),
tarif tribu (4personnes dont 2 jeunes 16-25 ans) 33 €, gratuit pour les moinsde 16 ans et bénéficiaires des minima sociaux.
Accès : métro ligne 1 et 13: «Champs Elysées-Clemenceau» ou ligne 9 :«Franklin D. Rossevelt»
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact